textes des étudiant·e·s de l'ensa limoges

JOUR 6 : Des quais du bahn à la conf de Kay

Berlin -> Berlin
On se reveille. CLORINDE* nous dit dans la salle du petit déjeuner « Ce midi, on ne mangera pas, c’est vos doigts ou vous détournez les fonds de l’hôtel réservés au mercantile repas, pour le midi ». Ni une ni deux, nous courons chercher nos sac à dos pour les remplir de petits pains moelleux et de bananes.
Élise devient leadeuse directionnelle, dealeuse de bonne aventure et nous guide vers un quartier haut en couleur. Un immeuble se distingue des autres: il est recouvert d’un crépis qui le rapproche plus d’une pâtisserie allemande que d’un squat anarcho-TPG** et pourtant quand l’une des habitante nous ouvre les portes pour que nous chopions des affiches et des flyers à disperser en France, il y a un babyfoot. Ce lieu de vie est menacé d’expulsion car comme toutes les bonnes choses et les pâtisseries, on finit toujours par se faire bouffer sauf si on est d’acier et qu’ça pète les dents des tordus.
Non loin de là, une friperie sur cinquante-trois étages porte en son sein nos futures coiffes. Julien et Madeleine arborent dans le métro les reflets brillants de fils de nylon inflammables roses et mauves.
Dans le métro bahn, il semblerait que tout le monde soit déguisé en designer graphique germano-pantone 160g.
Quand nous retrouvons le camion, les OH et les AH ne se font pas attendre. Les perruques tournent sur les crânes de toute la meute, qui jalouse en secret ce butin fantastique mais ignore tout à fait le plan-coiffe qu’Antoine nous a filé pour se faire teindre le pubis.
Aux alentours, les boutiques regorgent de bonbons végétariens licornes dark limited edition et de boules à neige avec des têtes de mort à seulement 1 euro pièce; une aubaine pour les gothiques.
Antoine imprime des bouts de ciel sur ses bandes.
Madeleine est dans le coup, avec son jogg’ a trois bandes.
Julien lit du Burrough à toute la bande.
Élise brise la nuque et explose les couilles d’un frotteur qui bande.
Béatrice s’est retiré dans son QG où elle règle une affaire de contre-bande.
Le soir venu, conférence de Kay. On parle trans, sexe, porno, art, performance, STRASS***. Ça fait du bien, et on se promet de diffuser la conf à l’école.
On en peux plus de manger, un concombre sans vinaigrette et de l’eau SVP.
*Coriandre Libertaire Originale de Recherches Intra-Nationale Des Exportations
**Trans PD**** Gouine
***Syndicat du Travail Sexuel
**** Petit Boule Sucré
IMG_20181017_162336665IMG_20181017_103258735_HDRIMG_20181017_105644048

 

Publicités
Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s