VÉHICULE ART NoMAD

Comme pour chaque Biennale, le Véhicule art nOmad a changé de peau pour prendre la route et s’est paré d’une nouvelle scénographie pour accueillir dans son ventre les oeuvres sélectionnées.

Côté extérieur, la « robe » du Van, conçue par Clorinde Coranotto, a été obtenue à partir d’une image aux données corrompues, née de la rencontre inopinée entre deux photographies dans un programme de création graphique. C’est ce que l’on appelle du Glitch Art (courant artistique élevant au rang d’art les bugs informatiques). Ainsi, le résultat inattendu de la superposition de l’image de la commune d’Arnac-la-Poste à celle du Véhicule art nOmad a donné une cartographie haute en couleurs et aux territoires pixellisés !

dossier_de_presentation2e_biennale9_10_18 - copiepeau_de_van.jpgL’autocollant aux lettres noires sur fond blanc placé sur les hayons latéraux du camion a fonctionné quant à lui comme un slogan annonçant le programme et les partis-pris de cette nouvelle édition.

covering.jpg
Pensé comme un corps à part entière, le Véhicule art nOmad n’a pas manqué non plus de vitalité à l’intérieur ! Ce sont les étudiant·e·s de l’ENSA Limoges qui ont donné le ton lors d’un workshop notamment consacré à la scénographie de la biennale, conduit par Arnaud Borde (technicien d’assistance pédagogique) et Clorinde Coranotto (enseignante). Leur démarche a été de choisir une teinte qui soit présente sur la cartographie « glitchée » et qui fasse sens. Leur recherche a abouti finalement au choix d’une couleur universelle : celle du sang qui coule dans les veines et les artères de tout·e un·e chacun·e, quelles que soient ses origines.

etudiants

Séance de travail sur la scénographie du Véhicule art nOmad, avec les étudiants de l’ENSA Limoges

04102018-DSC06388

Le Véhicule art nOmad dévoile sa scénographie dans la galerie des études de l’ENSA Limoges, lors du lancement du 4 octobre. Photographie : Aurore Claverie

 

Publicités